A nous le Japon!

Kyoto

Omamori

Porte bonheur- Lucky charm

Je suis bien armée…enfin je l’espère dans un pays ou la péridurale ne se fait que tres peu (environ 3% des accouchements), il faut bien trouver autre chose pour se rassurer!:-O Voici mes deux omamori ou porte bonheur spécialement créée pour avoir un accouchement sans problemes. J’ai acheté le rouge au Kyomizudera a Kyoto en mai dernier et le rose m’a gentillement été offert par ma copine Mika qu’elle a acheté sur l’ile d’Awaji non loin de Kobe.

I am well-prepared… at least I think I am. In Japan, getting an epirdural is not common (only 3% of all the birth), I had to find something to make feel better!:-0Here are my two omamori or lucky charms. They are especially made and sold to wish a pregnant women a safe birth. I bought the red at the Kyomizudera in Kyoto last May and the pink was kindly given to me by my friend Mika. She had bought it at a shrine on Awaji Island nearby Kobe.

Petite définition d’un omamori:

C’est une amulette généralement recouverte d’un tissu, contenant un papier ou un bout de bois ou des prières sont inscrites. On en trouve de toutes sortes et pour toutes les occasions: réussir un examen, pour les voyages, pour un nouveau travail… On peut les acheter dans n’importe quel sanctuaire et on les voit partout dans les voitures, sur les sacs, attaches au tel portables etc… Il ne faut jamais ouvrir son omamori sinon il perdrait tous ces pouvoirs mais c’est pas l’envie qui manque!

Little definition of an Omamori:

It is an amulet usually covered by a piece of cloth. It encloses pieces of wood or paper with prayers written on them which are supposed to bring good luck to the bearer on particular occasions, tasks or ordeals. An omamori is also used to ward off bad luck and is often spotted on bags, hung on cellphone straps, in cars, etc. It’s forbidden to open your omomori or all the “powers” will escape. It’s too bad sometimes I really wonder what is inside!

Advertisements

Sweeeet!

Alors a défaut d’acheter une nouvelle confiserie japonaise et de vous la montrer, nous sommes allés a Kyoto pour mon anniversaire et avons prit un cours ou nous avons pu faire nos confiseries nous mêmes! Nous avions réserves dans la maison traditionnelle Kanshundo.  Le cours était sympathique, nous étions environ une trentaine, surtout des femmes mais pas seulement quelques hommes étaient venus avec leurs copines… Le cours dure 1h30 et coûte 2000 yens (soit 18 euros).

So instead of buying more Japanese sweets, this time, I received a class to go and make my own in Kyoto for my Bd. Sam had made a reservation at the Kyoto Japanese sweet store Kanshundo. The class was fun and very well organized and not too hard to follow even if the prep explanations were in Japanese only. We received a page with explanations in English. The class was full, around 30 people, with mostly women but also a few couragous guys that were on dates with their girlfriends. It lasted for 1h30 and cost Y2000 (about $25).

Le cours est très bien organise et est assez facile suivre même si tout est en Japonais. On nous a gentillement donne une feuille d’explication en anglais pour savoir ce que nous allions faire.  Nous avons fait 4 sortes de confiseries qui sont appellees Kyogashi car elles viennent de Kyoto. Ce qui est sympa c’est que même si les ingrédients de base sont toujours les mêmes, les confiseries changent avec les saisons. Nous avons pu emporter deux confiseries avec nous,  nous en avons mange une avec un thé vert a la fin du cours et une dernière que nous avons chiper même si je penses qu’on avait pas vraiment le droit (!).

We made 4 style of sweets called Kyogashi ( Kyoto-style wagashi).  We took 2 with us in a little box, ate 1 with a delicious matcha tea and took the last one even if I think we were not supposed to (oups…) It was fun to make, the main ingredients are more or less the same but the shapes and colors change with the seasons.

Les deux confiseries ci-dessous sont nos productions! Pas facile de donner la forme de fruit ou de fleur a ce dont aurait dit de la pâte a modeler! Enfin, nous avons fait de notre mieux, normalement la confiserie verte est censée representer une “ume-no-sei”, ou une prune verte. C’est en effet la saison, et on peut les acheter en vrac pour en faire des pickels.  Au centre, nous avons place une boulette de anko (pâte de haricot rouge), quant a la pâte c’est un mélange de sucre, poudre de riz et de la farine de kudzu (vigne Japonaise). La pâte est alors cuite a la vapeur avant d’être travaillée a température ambiante. La deuxième confiserie représente un “ajisai”,  un hortensia. Celui si était assez sympa a faire. En fait, il nous a fallu utiliser une passoire en bambou pour faire sortir des petits filaments de pâte de haricot colores et de les appliquer sur une boulette de haricot rouge.

We made the sweets on the pictures below. It was not easy to shape the different doughs into different kinds of flowers or fruits.  We did our best, anyway, the green one is a “ume-no-sei” or green plum. It’s a very highly seasonal fruit that you can buy to make your own pickels out them.  The center of the sweet is made out of a ball of red bean paste , covered with a dough of sugar rice powder et kudzu flour (Japanese vign). The dough is then steamed and molded at room temperature. The next sweet is an “ajisai” or hydrangea. This one was fun to make! We had to use a bamboo strainer to get the little slices of colored bean paste that we topped onto a ball of read bean paste.

La photo ci dessous sont les models que nous avions.

Here are the “real”, professional stuff that we tried to reproduce.

Ici, nous avons les deux dernières confiseries que nous avons réalisées. Les petits poissons bleus et blancs sont fait a base de sucre et d’une sorte de pâte de riz gluant. Ils sont fait a l’emporte pièce et sont sences sécher 3 mois avant d’être déguster ( mais qui est prêt a attendre si longtemps).  Ils sont alors croquants et s’effritent très facilement. Les petits poissons sont des ayu, ou un poisson de la famille des saumons qui vit dans les rivières.

Here are the two last sweets we made. The small white and blue fishes are Ayu or sweet fish. They are made froma mix of raw sugar and glutinous rice paste.The dough was ready so we just had to cut it with a cookie cutter. They are supposed to dry for 3 months before being eaten (who wants to wait that long). They become crispy and crumbly.

Enfin, la dernière confiserie est le nadeshiko ou oeillet a plumet, qui lui est fait a partir d’une boulette de pâte de haricot blanc, recouvert d’une pâte faite a base de farine de riz, de pâte de haricot et qui est cuite a la vapeur. On donne les formes grâce des outils en bambou.

The last sweet is the nadeshiko or Large Pink, made from a ball of white bean paste, topped with a steamed dough of rice flour and bean paste. We had to use a bamboo triangular spatula to give the shape.

Voila maintenant on sait “tout” sur les wagashi et surtout que c’est pas facile a faire. Alors si cela vous tente et que vous êtes de passage a Kyoto, aller sur leur site et vous aussi faites vos propres confiseries japonaises!

Here we go, now we know how to make wagashi but it’s too difficult to make at home I think. It was a great experience and if by chance you are in Kyoto, don’t hesitate go to their website and try for yourself!

www.kanshundo.co.jp/museum/make/annai_e.htm


Hitogata-ou comment se debarrasser de ses soucis

Hitogata-how to solve your problems

Et bien, il vous suffit de vous rendre a Kyoto et plus particuliemement au Kyomizudera. La vous prenez un petit papier en forme de poupee  pour 200 yens (1,70 euros) et vous ecrivez vos malheurs dessus. Une fois finit, il faut mettre le petit ange dans une bassine en bambou remplie d’eau. Selon la croyance, des que votre message disparait, vos soucis sont censes s’envoler!Magique non!!

You simply have to go to Kyoto and especially to the Kyomizudera temple. There, take a little paper shaped as a doll and pay 200 yens (2,5$), write your problems on it. Then, imerge the little angel in the bamboo tub next to it. According the legend, your problems will disappear with the words you wrote on the little piece of paper. Incredible, no!


3 jours a Kyoto

Three days in Kyoto

Dur, dur de faire le tour complet de Kyoto en 3 jours. C’est impossible! Il faut bien 1 semaine pour couvrir toutes les parties de la ville, les temples et autres lieux historiques s’etendent aux quatre coins de la ville. Alors, a defaut d’avoir l’air d’un livre touristique, je vous montre aujourd’hui quelques photos de mes endroits “les plus connus” que j’apprecie tout particulierement.

It is really hard to see all Kyoto in only 3 days. It’s actually impossible! It’s like Paris you need at least a whole week since all the temples and historic sites are spread at the four corners of the city. So, instead of turning this post into a page you could find in a guidebook, I will only show you what I like from the “most well known places” in Kyoto.

Le ryoan-ji, c’est la ou l’on medite meme si c’est toujours plein de monde. Pourtant les gens s’assoient et regardent le jardin…alors et vous que voyez-vous?

Ryoan-ji, this is where you can meditate even though it’s always full of people. But everybody seats, whispers and look at the garden… so about you what do you see?

Le chemin qui mene au Kyomizudera, remplit de petites boutiques et restaurants.

This is the path that leads to the Kyomizudera, full of small shops and restaurants.

Vue sur le Kyomizudera

View of the Kyomizudera

Photos du Pavillon d’argent, qui n’a rien d’argente mais qui respire la simplicite, la mousse et le calme.

Pictures of the Silver Pavillon, it’s not really silver but this temple is simple, full of moss and nicely quiet.

Un parfait au matcha, deguste a deux pas du quartier de Gion (quartier des geishas).

A matcha parfait, eaten at the corner of the Gion neighborhood (geishas area).

et la course poursuite pour attraper au vol une photo des geishas courant de restaurants en restaurants…

and the run to get a picture of the geishas running around Gion, going from one restaurant to the other…


Sweeeet!

Après le salé, je laisse la place au sucré! Voici LA meilleure confiserie Japonaise que j’ai mange depuis mon arrivée. Nous étions a Kyoto et sommes tombes sur ce marchand qui fait aussi salon de thé a l’étage. L’originalité vient du fait que pour 800 yens ( soit 6.70 euros), on peut déguster un thé matcha fraichement fouetté et voir le chez pâtissier confectionner la confiserie de votre choix sous vos yeux.! Le travail est très méticuleux et se fait principalement avec les doigts et un ustensile a bambou. J’ai donc dégusté cette fleur de cerisier qui était un délice de délicatesse!

After showing you a taste of salty food, it’s time for some sweet! This is THE best Japanese sweet I have had since I came to Japan. We were in Kyoto and saw this little sweet shop, the second floor is a tea shop. Nothing unusual, right? The originality of the place is that for 800 yens ($10), you can drink a freshly whipped matcha tea and see the master make the sweet in front of you. It goes very fast, probably a couple of minutes and he only uses his hand and a bamboo utensil. So, I had the pleasure to eat the very refined cherry blossom.